flogo

Heures d'ouverture de la galerie :
du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 15h à 19h.
Le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h.

Galerie du Tableau

Diem Perdidi est une association créée en 1990 et dont l’objet est " la promotion des artistes plasticiens de la Région Provence Alpes Côte d’Azur ".

Depuis 1991 Diem Perdidi gère la Galerie du Tableau, rue Sylvabelle, à Marseille.

C’est un petit espace agrandi par le temps. En proposant un artiste par mois, la Galerie du Tableau, n’aurait pu en vingt-deux ans n’en proposer que deux cents.

Pour l’heure ce sont deux mille expositions et plus qui ont eu lieu.

Le 17 décembre 1990, un " microbe " de Max Ernst était proposé pour l’inauguration. Une épidémie s’est, ce jour-là, déclarée.

Dans cette galerie sont exposées des oeuvres d’art contemporain avec cette singularité que les expositions se déroulent selon un rythme bimensuel. Autrement dit un lundi sur deux a lieu un vernissage. Ainsi plus de 2000 artistes, pour la plupart de la Région PACA, ont pu présenter leurs travaux à la Galerie du Tableau.

Outre cette activité régulière, Diem Perdidi organise des manifestations qui permettent des échanges internationaux : Il s’agit alors soit de permettre aux artistes de la Région d’exposer à l’étranger, soit d’organiser l’accueil d’artistes étrangers dans la Région PACA.

Diem Perdidi

José Maria Martin Marcos : exposition du 27 mai au 08 juin 2024

Catalogues en PDF des expositions précédentes à télécharger

 2009
 2010
 2011
 2012
 2013
 2014
 2015

Avec le soutien de :

logos

En partenariat avec :

parisARTNoirRougeBlanc72
 2016
 2017
 2018
 2019
 2020

Galerie du Tableau

bannerbas
bannerbasbannerbasbannerbas
bannerbas
 2021
 2022

« FUNERALS BLUES »:

LA CLEF EST DANS LE TITRE  

On peut s’interroger : qu’y a-t-il sous ces gestes acryliques (et sans odeur) sur 10 papiers format raisin ? Tu découvres que le titre ici donné est celui d’un poème de W.H Auden. FUNERALS BLUES. Radical conseil : « Prevent the dog from barking whith a juicy bone” quand cet os juteux jeté aux chiens se trouve être celui de l’amour… Regardez alors avec lenteur le tracé hâtif des couleurs ici composées. Leur précipité… Réponse muette ou non-illustration à l’impeccable révélateur suivant « I though that love would last for ever : I was wrong” dont la banale énonciation sonne comme un aveu… Quel crétin a prétendu qu’il n’y avait rien dans la couleur ? Sous son dépôt . « Le titre est une couleur ajoutée à l’œuvre » ? C’est le vieux Duchamp qui l’a dit ! Aujourd’hui je vais si mal que je vais écrire un poème  ça c’est Brautigan !

Liliane GIRAUDON

P« FUNERALS BLUES »: « FUNERALS BLUES »: FUNERALS BLUES
 2023