Jack Jeffrey et Bernadette Phan

flogo

Heures d'ouverture de la galerie :
du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 15h à 19h.
Le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h.

Galerie du Tableau

item2
item2 item2 item2
item2

Diem Perdidi est une association créée en 1990 et dont l’objet est " la promotion des artistes plasticiens de la Région Provence Alpes Côte d’Azur ".

Depuis 1991 Diem Perdidi gère la Galerie du Tableau, rue Sylvabelle, à Marseille.

C’est un petit espace agrandi par le temps. En proposant un artiste par mois, la Galerie du Tableau, n’aurait pu en vingt-deux ans n’en proposer que deux cents.

Pour l’heure ce sont deux mille expositions et plus qui ont eu lieu.

Le 17 décembre 1990, un " microbe " de Max Ernst était proposé pour l’inauguration. Une épidémie s’est, ce jour-là, déclarée.

Dans cette galerie sont exposées des oeuvres d’art contemporain avec cette singularité que les expositions se déroulent selon un rythme bimensuel. Autrement dit un lundi sur deux a lieu un vernissage. Ainsi plus de 2000 artistes, pour la plupart de la Région PACA, ont pu présenter leurs travaux à la Galerie du Tableau.

Outre cette activité régulière, Diem Perdidi organise des manifestations qui permettent des échanges internationaux : Il s’agit alors soit de permettre aux artistes de la Région d’exposer à l’étranger, soit d’organiser l’accueil d’artistes étrangers dans la Région PACA.

Diem Perdidi

Arnaud Vasseux : exposition du 15 au 27 janvier 2018

SUMINAGASHI ET SPRAY

Cartier Bresson utilisait le paradoxe qu'il était plus vite fait, pour lui qui pratiquait les deux disciplines, de poser un dessin que de trouver l'instant où déclencher l'obturateur. Arnaud Vasseux procède simultanément de ce déclencheur magique sur l'image écrite dans l'instant, perçue dans la provocation immédiate de la chose mouvante. Le suminagashi, technique japonaise utilisée notamment pour les gardes et les à-plats-papier en reliure, permet à l'artiste de goûter la surprise qu’implique la capture par le papier de la flaque d’encre en expansion. A ce moment là le papier est retournée et il est aveuglé de ce qui s’échange concrètement entre papier et encre. Le choix de conserver l'épreuve correspond bien alors à une prise de vue.

Vasseux, pour cette exposition, complète cet exercice en présentant quelques sprays qui donnent à voir le métissage de l'air et de l'encre pour s'arrêter aussi sur la volonté du dessin.

Bernard Plasse

Catalogues en PDF des expositions précédentes à télécharger

 2009
 2010
 2011
 2012
 2013
 2014
 2015

Avec le soutien de :

logos

En partenariat avec :

parisARTNoirRougeBlanc72
 2016
 2017
FreeCounter