flogo

Heures d'ouverture de la galerie :
du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 15h à 19h.
Le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h.

Galerie du Tableau

Diem Perdidi est une association créée en 1990 et dont l’objet est " la promotion des artistes plasticiens de la Région Provence Alpes Côte d’Azur ".

Depuis 1991 Diem Perdidi gère la Galerie du Tableau, rue Sylvabelle, à Marseille.

C’est un petit espace agrandi par le temps. En proposant un artiste par mois, la Galerie du Tableau, n’aurait pu en vingt-deux ans n’en proposer que deux cents.

Pour l’heure ce sont deux mille expositions et plus qui ont eu lieu.

Le 17 décembre 1990, un " microbe " de Max Ernst était proposé pour l’inauguration. Une épidémie s’est, ce jour-là, déclarée.

Dans cette galerie sont exposées des oeuvres d’art contemporain avec cette singularité que les expositions se déroulent selon un rythme bimensuel. Autrement dit un lundi sur deux a lieu un vernissage. Ainsi plus de 2000 artistes, pour la plupart de la Région PACA, ont pu présenter leurs travaux à la Galerie du Tableau.

Outre cette activité régulière, Diem Perdidi organise des manifestations qui permettent des échanges internationaux : Il s’agit alors soit de permettre aux artistes de la Région d’exposer à l’étranger, soit d’organiser l’accueil d’artistes étrangers dans la Région PACA.

Diem Perdidi

Rose Lemeunier : exposition du 10 au 22 juin 2024

Catalogues en PDF des expositions précédentes à télécharger

 2009
 2010
 2011
 2012
 2013
 2014
 2015

Avec le soutien de :

logos

En partenariat avec :

parisARTNoirRougeBlanc72
 2016
 2017
 2018
 2019
 2020

Galerie du Tableau

bannerbas
bannerbasbannerbasbannerbas
bannerbas
 2021
 2022

Mon travail exploite l’image numérique, que je sélectionne durant mes recherches à la rencontre des mutations du vaste territoire périurbain, avec ses terrains vagues, ses friches, ses paysages révoltés, ses indéterminations.

Ensuite, au scalpel, je crée sur mes photos ou sur mes dessins au fusain un autre paysage. De la sorte, dans ces étapes, mon travail désigne et mime son propos : le support est grignoté à l’image du paysage d’origine, lui-même mité, démembré, dénaturé.

Simultanément, à travers les évidements, les déchirures, les morsures du scalpel et la destruction imposée, un second paysage, naturel, se construit. Ainsi, paradoxalement, en « torturant » plastiquement l’image initiale, je cherche par sa métamorphose progressive à affirmer la force de résilience de la nature.

Pour la Galerie du Tableau, je présenterai un travail en sculpture où le paysage Sous tension sera mis sous cloche (verre et céramique)

Rose Lemeunier

Rose Lemeunier
 2023